Logo Allochomage
Compte

NOUVEAU SITE ! – 5% sur votre première commande avec le code : BIENVENUE

Aide au permis de conduire de Pôle Emploi : un projet anti-chômage

Certaines situations exigent la possession d’un permis de conduire. Une carrière en tant que star de cinéma ou une obligation communale peut être la cause. Mais en principe, cette exigence se manifeste également au niveau de la recherche d’emploi. Et pour une personne en chômage, il lui est souvent impossible d’assumer les frais pour obtenir un permis de conduire. À ce niveau-là, Pôle Emploi attribue une aide au permis. De quoi s’agit-il vraiment ? Qui peut en bénéficier ? Voyons les détails. 

Une aide au permis de conduire en quelques mots 

Certaines régions offrent des financements pour le permis de conduire. Leur offre varie d’une région à l’autre. La plupart d’entre elles collaborent avec des auto-écoles. D’autres procèdent autrement. Chaque région a ses conditions respectives à suivre à la lettre. Parmi ces aides, il y a les bourses municipales (parfois en échange d’un service donné par le bénéficiaire). Il y a aussi les aides régionales. Et bien encore vous avez probablement déjà entendu le FAJ ou le fonds d’aide aux jeunes. Cette forme de soutien est destinée aux jeunes à la recherche de leur première carrière.

En complément, justement notre vif sujet, une aide au permis proposée par Pôle Emploi est aussi à considérer. Ce soutien spécifique est destiné aux chômeurs. Cependant, cette offre n’est pas prévue pour les chômeurs quelconques. Elle est uniquement réservée aux gens sans emploi faute de leur non-possession d’un permis de conduire. Bien sûr, ces derniers doivent remplir les critères et les conditions imposées par Pôle Emploi. 

À titre de remarque, il y a un changement de financement de l’APRE. Il s’agit d’une aide spécifique liée au retour à l’emploi. Elle est en vigueur depuis 2013. L’adhésion à cet appui au permis de conduire dépend du conseil départemental local. Vous pouvez vous en renseigner sur place pour plus de détails. 

Le soutien au permis de conduire de Pôle Emploi : destiné aux chômeurs

Un demandeur d’emploi peut bénéficier d’un financement intégral ou partiel de son permis de conduire. Parfois, l’absence d’un permis représente un blocage d’embauche. Dans cette optique, Pôle Emploi dispense cette aide selon la situation de la personne en chômage. Il est bon de noter que l’aide au permis B proposé par Pôle Emploi est un budget bouclé. Celui-ci varie selon la région où vous y êtes. Il se peut alors que ce budget soit épuisé avant ou durant votre demande de financement. 

Quelles sont les conditions pour les chômeurs afin de bénéficier de l’aide au permis par Pôle Emploi ?

Tout d’abord, les critères se reposent grandement sur les ressources du demandeur. Il doit aussi être inscrit sur la liste des demandeurs d’emploi depuis 6 mois continu qui est consultable en ligne. Donc, il doit être membre de Pôle Emploi depuis 6 mois minimum. Il doit être âgé au moins 18 ans.

Par la suite, il est invité à remplir le formulaire d’adhésion auprès de l’agence Pôle Emploi la plus proche puis y déposer sa demande. Normalement, la référence du formulaire sur toute l’agence est 303. En complément de dossier, il doit joindre un devis détaillé puis un relevé d’identité bancaire de l’auto-école choisie. 

Bien entendu, vous êtes libre de choisir l’auto-école de votre préférence, mais ce sera Pôle Emploi qui le valide. Notez bien que l’auto-école ne doit pas être hors de votre zone de résidence sauf pour des motifs exceptionnels. 

Le demandeur doit aussi être bénéficiaire d’une indemnité de chômage (ARE, ASS, ASP, AAH, RPS, RFF, RFPE, etc.). S’il bénéficie d’une ATA (allocation temporaire d’attente), le montant doit être inférieur à 30,42 euros par jour. 

Cependant, s’il reçoit une promesse d’embauche que ce soit en CDI ou CDD ou intérim (3 mois et +), cette condition n’est plus valable. Pour tous renseignements supplémentaires, vous pouvez appeler le 3949 ou vous rendre directement sur Pôle Emploi de rattachement. Le site du Service-Public.fr ou pole-emploi.fr pourra aussi vous donner d’amples informations. 

Quels sont les motifs valables pour l’attribution à cette aide au permis par Pôle Emploi ?

A priori, c’est le conseiller de l’agence Pôle Emploi qui évaluera chaque dossier du demandeur. Il constate et assure que le bénéficiaire affronte sérieusement un obstacle à l’embauche. Et celui-ci ne se résout pas sans un permis de conduire. De plus, il se peut que la zone géographique où habite le candidat soit peu accessible par les transports en commun. C’est aussi un motif valable pour l’éligibilité à l’aide au permis. 

À part cela, vous pouvez bénéficier d’une aide au permis par Pôle Emploi si l’horaire de votre futur travail est fixé la nuit entière alors que le transport commun n’existe pas. Et le plus important comme motif est un travail qui exige catégoriquement une possession de permis de conduire. Peut-être qu’il reste encore d’autres motifs, mais arrêtons-nous à ces quelques points donnés. 

Quel est le montant de l’aide au permis B au Pôle Emploi 

Le montant maximum est de 1200 euros. Cette somme est versée directement à l’auto-école sous une tranche de 400 euros à trois reprises. Voici comment se déroule le versement : 

  • Le premier versement se fait au début de l’inscription et de l’apprentissage ;
  • Le deuxième versement se fait 5 mois après le premier quand le candidat réussira le Code de la route.
  • Et le troisième versement sera établi après une justification de la réussite à l’examen final du permis.

Il est important de noter que si le candidat échoue, il n’y aura pas de seconde chance pour l’aide au permis offerte par Pôle Emploi. Ce soutien est attribué une fois par personne. Elle est non cumulable par d’autres projets financiers d’un organisme public ou privé. 

Demande d’aide au permis offert par Pôle Emploi : comment faire ? 

Vous devez vous rendre chez votre agence Pôle Emploi. Ensuite, vous remplissez un formulaire de demande d’aide au permis de conduire. Il faut faire la demande avant l’inscription. Évidemment, la justification des dossiers par Pôle Emploi se fait systématiquement. Il se peut que le candidat prétende à une aide à la mobilité. Cela lui permet de gagner les frais de déplacement durant l’entretien d’embauche. 

Y a-t-il une aide au permis pour les jeunes de 15 à 25 ans chez Pôle Emploi ?

Oui. Pas mal de jeunes veulent acquérir un permis de conduire. Heureusement que des aides existent. D’ailleurs, elles sont nombreuses. Voici quelques exemples :

Une facilité de paiement à 1 euro/jours 

Il existe une formule pour les jeunes âgés entre 15 à 25 ans. Il existe même une exception pour l’âge révolu. C’est-à-dire que si un jeune candidat a 15 ans, la loi sortie en 6 mars 2015 accepte qu’il commence son apprentissage de code et de conduite. Le paiement est à 1 euro par jour. Il s’agit d’un prêt sans intérêt puisque c’est l’État qui s’en chargera. Cette facilité de paiement est un partenariat de l’État avec les auto-écoles et les établissements bancaires. Le montant est de 600 euros, 800 euros, 1000 euros et 1200 euros. 

Le permis à 1 euro se résume donc en deux phrases : Un jeune qui n’a pas encore de permis de conduire A et B peut en bénéficier. Il y a une collaboration avec une auto-école partenaire et un établissement bancaire pour le prêt. 

Bien évidemment, le prêt se fait au nom des parents si le jeune candidat ou le bénéficiaire est âgé moins de 18 ans. Le remboursement mensuel ne doit pas dépasser 30 euros par mois. 

Que dire de la bourse municipale de permis pour les jeunes ? 

La bourse municipale est une aide des collectivités. Destinée pour les jeunes âgés entre 18 à 25 ans, elle est accordée par la mairie locale. Ces jeunes cibles ne peuvent pas financer leur acquisition de permis de conduire à cause de leurs ressources insuffisantes ou les revenus faibles de sa famille. 

Ce soutien dispensé par la mairie est en contrepartie d’un service d’intérêt général qui dure entre 40 et 50h. Le lieu d’exécution de ce service est parfois dans une association caritative. Pour en tirer profit, le demandeur est prié de déposer son dossier auprès de sa mairie locale. Par la suite, ce dossier sera étudié par les membres du comité communal élu. Après l’acceptation de la demande, la somme est directement versée à l’auto-école choisie par le candidat. Il faut quand même noter ceci : toutes les mairies ne proposent pas cette aide. Donc, il vous faut vous renseigner auprès de votre bureau communal s’il adopte ce programme. 

À propos du fonds d’aide aux jeunes (FAJ) 

Ce fonds est également destiné aux jeunes entre 18 et 25 ans. Ce soutien est réservé aux jeunes ayant une difficulté d’insertion sur le marché du travail. Ils n’ont pas de permis à cause de leur incapacité financière. Le département donne les conditions d’éligibilité ainsi que le montant fixé pour cette aide au permis de conduire. Ce montant ne dépasse pas 1000 euros. Le mieux c’est de contacter ou de se renseigner auprès de l’établissement responsable proche de votre résidence. 

Les auto-écoles solidaires : de quoi s’agit-il ?

Les auto-écoles solidaires sont associatives. C’est-à-dire, elles sont financées par la collectivité locale. Grâce à ces auto-écoles, le candidat peut passer son permis au moindre coût. Mais l’accompagnement du candidat est personnalisé en fonction de chaque situation de l’élève. Ce type d’auto-école s’avère moins cher que la traditionnelle. 

Qui bénéficie de cette aide ? Ce sont les élèves en handicap ou encore ceux qui n’ont pas les moyens financiers pour pouvoir intégrer en France. Il y a ceux qui ont une difficulté pour parler la langue française. Ces personnes-là auront un suivi particulier à la suite de leur formation complète au permis de Pôle Emploi. 

En résumé, voici les prestations à espérer dans une auto-école solidaire : 

  • Cours de français et de mathématiques ;
  • Séance de gestion de stress
  • Exercice de motricité
  • Et bien d’autres

L’auto-école en ligne : est-ce une bonne idée ?

Depuis un certain moment, la façon d’obtenir un permis de conduire s’est évolué. Et justement, l’auto-école en ligne débarque. La plupart de ces auto-écoles sont conscientes de la difficulté d’obtention de permis de conduire. C’est pourquoi elles contribuent à ce projet d’aide sociale sans discrimination. Par exemple, si le candidat mentionne « aide sociale » durant le paiement du droit d’inscription, le coût initial du permis baissera. 

Prenons le cas d’un permis à 639 euros. Il s’agit d’une offre proposée par certaines auto-écoles en France. Ce type de permis comprend de nombreux cours de code avec 20 h de leçons de conduite en théorie. Le cours est disponible en ligne. De ce fait, l’apprenant peut réviser chez lui 24h/24. Cela est possible s’il réserve un moniteur en ligne tout en fixant un rendez-vous dans cette plateforme. 

Ce cours est très pratique pour ceux qui n’ont pas assez de temps à venir en salle d’apprentissage de permis. Que vous soyez un habitant de Côte d’Or, de Jura, de Loiret, etc. gardez à l’esprit que les aides au permis sont disponibles pour 34 départements en France. 

Aide pour les jeunes et les demandeurs d’emploi : les départements qui proposent cette offre

Déterminer l’aide au permis de conduire n’est toujours pas facile. Surtout si on la prétend vraiment. Il faut distinguer les aides mises en place au niveau national. Tel est le cas de l’aide permis B de Pôle Emploi, ou encore l’aide au permis à 1 euro par jour.

Voici un tableau récapitulatif des aides sectorielles mises en œuvre. Il est reparti selon chaque département. Il est possible que les conditions spécifiques à chaque secteur aient changé ou que l’aide ait été supprimée. Seul le Conseil général dont vous dépendez peut vous notifier l’assistance de votre permis de conduire existant. 

  • Allier (03), Puy-de-Dôme (63) et Alpes-Maritimes (06) : ces deux départements proposent une aide au permis de conduire (permis B) pour les jeunes de 16 à 25 ans.
  • Ariège (09) : Il propose une bourse au permis de conduire en échange d’activités d’intérêt collectif
  • Charente (16) : ce département offre un fonds d’Aide à la Jeunesse proposé par le Conseil Général
  • La Corrèze (19) : un département qui intervient dans le cadre de l’AAC (Apprentissage Avancé de la Conduite)
  • Côte d’Or (21) : si vous habitez dans ce département et vous êtes un jeune âgé de 16 à 25 ans en recherche d’emploi, vous aurez le privilège de bénéficier du RSA pour favoriser l’insertion
  • Creuse (23) : est un département qui procure de l’aide aux allocataires du RSA
  • Eure (27) : un département qui accompagne les jeunes entre 14 et 16 ans pour un brevet de sécurité routière ; des jeunes entre 16 à 17 ans pour une conduite anticipée ; des jeunes de 18 à 25 ans pour un stage de perfectionnement de son permis. Ces aides font partie du dispositif « Apprendre à mieux conduire ». Elles sont soumises aux ressources parentales.
  • Eure-et-Loir (28) : ce département cible les jeunes de 16 à 25 ans en recherche d’emploi sous conditions de ressources ou encore des bénéficiaires du RSA pour favoriser l’insertion
  • Ille-et-Vilaine (35) : une aide aux jeunes de 18 à 25 ans, allocataires API (aide des parents isolés et allocataires RSA)
  • Jura (39) : un département proposant un Fonds d’aide à la jeunesse proposé par le Conseil Général
  • Loir-et-Cher (41) : Dans ce département, l’État et les collectivités signent plusieurs partenariats pour financer partiellement ou totalement les licences
  • Loire-Atlantique (44) : Accompagne les jeunes de 16 à 24 ans diplômés de CAP ou de BTP. Cette aide leur est proposée dans la cadre de leur recherche d’emploi.
  • Loiret (45) : Aide les jeunes en difficulté dans leur recherche de travail
  • Lot-et-Garonne (47) : offre un financement partiel puis un « Pass’ Bonne Conduite » à intervenir après obtention de son permis de conduire.
  • Lozère (48), Seine-Maritime (76) et Pyrénées-Atlantiques (64) : ce département cible les jeunes personnes âgées de 16 à 25 ans en recherche d’emploi sous condition de ressources/Bénéficiaires du RSA pour favoriser l’insertion
  • Haute-Marne (52) et Saône-et-Loire (71) : dans ce département, il y a un fonds d’aide à la jeunesse proposé par le Conseil général
  • Moselle (57) : dans cette circonscription administrative, l’intégration des personnes à l’auto-école du RSA (crédits liés au RSA) est favorisée
  • Puy-de-Dôme (63) : Les jeunes en difficulté peuvent solliciter l’aide du Permis B dans ce département
  • Hautes-Pyrénées (65) : un département qui accompagne les allocataires du RSA via des contrats d’insertion
  • Pyrénées-Orientales (66) : il soutient les jeunes en recherche d’emploi
  • Haut-Rhin (68) : propose une aide destinée pour les jeunes de 16 à 25 ans, le dispositif « Aide Jeunes à la Conduite – Accompagnement à la Conduite 68 » pour financer le permis B ou la scolarité (formations de sensibilisation…). De plus, certaines compagnies d’assurance offrent des tarifs réduits pour la première année d’adhésion.
  • Rhône (69) : c’est un département qui parraine une auto-école sociale/aides-allocataires du RSA
  • Seine-et-Marne (77) : dispense d’une aide aux allocataires du RSA /Subvention à 2 auto-écoles communes/Fonds pour les jeunes, proposées par le Conseil général
  • Yvelines (78) aide les 18-25 ans en échange d’heures de travail civique
  • Haute-Vienne (87) : Assistance dans le cadre de l’auto-école mixte
  • Essonne (91) : ce département offre un « Chéquier Jeunes » pour les 16-19 ans avec 91 Cartes Jeunes
  • Seine Saint Denis (93) : accompagne les jeunes de 18 à 25 ans dans le cadre d’une licence professionnelle (sous condition de ressources)
  • Val-d’Oise (95) : aide les jeunes de 16 à 25 ans

 

Aides au permis offert par Pôle emploi : quels sont les avantages ?

De nombreux facteurs peuvent ralentir une recherche d’emploi. Il y a d’abord les problématiques liées à la formation dans le secteur actif plus ou moins propice à l’embauche. S’ensuit le manque de mobilité. Ceci peut également freiner le parcours de nombreux demandeurs d’emploi. Pour y faire face, on peut bénéficier de certains dispositifs d’accompagnement, notamment des dispositifs d’accompagnement locaux. Mais pour les connaître, le nouveau portail officiel Mes-aides.pole-emploi.fr est né à cet effet.

La mobilité des travailleurs, souvent étroitement liée aux opportunités d’emploi, est un enjeu clé dans la lutte contre le chômage. Entre étalement urbain et réseaux de transports en commun, ces deux choses ne fonctionnent pas toujours bien selon les régions. Le permis de conduire et le véhicule personnel sont donc essentiels à l’insertion professionnelle au détriment des publics les moins aisés. À plus petite échelle, de plus en plus d’employés de bureau préfèrent choisir des vélos pour un trajet assez court. 

Heureusement, d’innombrables aides étatiques et locales peuvent financer votre transport, à condition de les identifier correctement. C’est dans ce but que le ministère du Travail a lancé en début 2022 une plateforme d’information gérée par Pôle emploi. Celle-ci vise à proposer une nouvelle forme d’accompagnement aux professionnels intégrateurs. Plus de 1 500 aides à la mobilité ont été citées et classées par besoin, par profil du demandeur et par lieu.

              Dans plusieurs pays et continent, le permis de conduire reste encore un élément crucial pour avoir de l’emploi. Malheureusement, beaucoup de chômeurs ne trouvent pas toujours d’emploi quand celui-ci exige l’obtention de ce petit justificatif. Certains font des efforts pour l’avoir et on le félicite. Mais d’autres n’ont pas les moyens. Cependant, on a vu la bonne nouvelle de la part de Pôle Emploi et certain département  à ce sujet. Leur effort mérité un grand encouragement !

TOUT SUR L’ENTRAINEMENT

NOS SIMULATEURS
Aides Financières
Aides à la Famille
RSA
Aide AAH

ARTICLES POPULAIRES